Profil

Ma photo
Québec, QC, Canada
Personnal Best (PB's) ; 5000m--14:57--Boston (2011) ; 5k--15:01--Québec (2013) ; 10k--30:41--Vancouver (2013) ; 15k--47:56--Chicoutimi (2013) ; Demi--68:33--Montréal (2010) ; Marathon--2:23:21--Philadelphia (2012)

mercredi 27 juillet 2016

La solitude du coureur de fond...

La semaine dernière avait lieu une course que je ne pouvais rater à un de mes endroits de prédilection pour mes entraînements. Le Québec Méga trail du Mont Sainte-Anne était donc à mon calendrier de compétitions et tant qu'à courir, je m'étais inscrit à la plus longue épreuve de 50km. Ma préparation était un peu sommaire pour ce genre d'événement en sentier. J'avais fait la première boucle de 25km à quelques occasions et montée une fois l'abrupte piste de ski alpin qui allait constituer tout un défi pour les coureurs au début de la deuxième boucle.

J'aurais souhaité en faire plus, mais une blessure à l'ischio-jambier m'empêche de pousser à l'entraînement. Cette blessure refait surface de temps à autre depuis janvier dernier et a ponctué ma préparation pour le marathon de Boston de cette année. Souvent, une blessure en emmène une autre par le phénomène de surcompensation et ce fut le cas pour moi cet hiver (en plus de mon ischio, le mollet et le dos a souffert quelque peu, jamais pour m'arrêter complètement, mais assez pour freiner une progression...c'est particulièrement désastreux quand nous avons une épreuve de longue distance à préparer qui implique un long et dur "build-up"). Dans ces moments, la solitude est éprouvante. Ma technique est de me rappeler que j'aime mon sport dans sa globalité, pas tout le temps, mais que j'en retire du plaisir et de la satisfaction en le pratiquant et que les blessures font partie de celui-ci. J'ai connu quelques bonnes séquences pour bien m'en tirer à Boston et lors du 10km d'Ottawa où j'ai été surpris d'enregistrer un bon temps de 32:50 dans des conditions hyper chaude qui a affecté les meneurs d'au moins 1 minute.

Pour revenir rapidement à la course du Mont Sainte-Anne, elle s'est bien déroulée. Même que je menais après la première boucle de 25km en compagnie de mon ami Joël Bourgeois. La montée par la piste de ski alpin la Crête qui suivait a été le moment que j'ai le moins apprécié. Pas en mesure de courir pour la majeure partie en raison du dénivelé, très éprouvant musculairement avec une bonne descente sitôt arrivée au sommet. Je n'étais plus le même coureur par la suite. Expérience intéressante, et beau moment de solidarité, j'ai croisé le fil d'arrivée les mains au ciel entrecroisées avec celles de deux compagnons de course Florent et Joël. Temps final 4h27 minutes. Mon record sur mes pattes!

J'ai bien récupéré de cette course et deux jours après je m'envolais pour Cuba. Ce n'est pas mon genre de rester inactif toute la journée à me faire frire sur la plage, alors la chaleur ne m'a pas empêcher de bouger:
-12 sorties de course (peu d'intensité, seulement  6x90secs/30secs et 10x30secs/60secs, mais pas mal de sorties d'endurance dans la chaleur qui me faisait travailler quant même assez fort. Pour dire bien franchement, même sur le tapis au gym à l'air climatisé, je sortais détrempé d'une course de 40mins à mon rythme normal. À preuve, la photo ci-bas!)
-3 séances de plyométrie/pilates/yoga
-4 sorties de kayak/pédalos
-et quelques coups de nage ici et là

Je me sens d'attaque et en santé pour accumuler beaucoup de km en solitaire dans le prochain mois et demi avant d'amorcer ma saison de compétitions avec une préparation plus spécifique. En primeur, mon plan actuel est de faire deux marathons cet automne...restez branché sur le blogue pour savoir prochainement lesquels!

Gardez le sourire dans vos sorties et à la prochaine.
Christian

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire